Dans ma pratique de thérapeute par l’Approche Non Directive Créatrice, le plus fréquemment, j’accompagne d’abord mes clients vers l’accueil et la compréhension de leurs émotions. Moi-même, je travaille à canaliser plutôt qu’à gérer mes émotions, afin de les utiliser comme mes alliées, au lieu de les traiter comme des dossiers ou des bourreaux. Cependant, « comment gérer mes émotions » reste la question la plus habituelle. Alors, plongeons ensemble dans ce sujet!

Les émotions, à quoi ça sert?

Cette petite vidéo résume très rapidement l’utilité des émotions. Nous comprenons que chaque émotion est un message nous informant de notre niveau de satisfaction ou d’insatisfaction d’un besoin psychique ou psycho-physique.

Pourquoi développer l’écoute des émotions?

Comprendre que les émotions sont à notre service est essentiel pour se donner le temps, le droit et l’espace de les accueillir.
La plupart d’entre nous avons appris à les juger, les refouler, et à rationaliser notre vécu en expliquant notre ressenti. Également, nous avons souvent appris à nier notre expérience émotionnelle du moment présent. Ces stratégies sont efficaces durant un temps. Mais en réalité, sur le long terme, elle deviennent inefficaces et destructrices. Plus précisément, elles nous empêchent d’accéder à la connaissance de soi, puisque dans les faits, nos émotions nous indiquent ce qui est bénéfique ou délétère pour nous-même.
Cependant, pour comprendre le message porté par les émotions, nous avons besoin de savoir à quoi chaque émotion se rapporte. Dans son excellent ouvrage cité en référence, et également sur son site web, Michelle Larivey, psychologue, offre une sorte de lexique des émotions.
Encore faut-il être en mesure de reconnaître et mettre des mots sur nos propres émotions. Et c’est là tout un travail!

Comment reconnaître nos propres émotions?

Pour commencer, faites une petite recherche lexicale s’impose, puisque trouver les mots pour exprimer nos émotions s’apprend. Vos lectures vont vous enrichir, et pour vous aider, je mets dans les références quelques références.
Ensuite, il y a une démarche d’exploration intérieure à faire. Et voilà le chemin proposé:

Développer l’écoute de soi

Tout est tellement rapide lorsque nous sommes en relation. La plupart du temps, nous agissons par conditionnement, sans réaliser que nous sommes sur le pilote automatique. Prenons pour exemple cette fameuse question: « comment ça va? ». Il est d’usage de répondre sans réfléchir: « Ça va! », même si c’est faux. Certainement, nous ne voulons pas donner une réponse authentique à toutes les personnes qui nous posent cette question. Mais si nous répondons sur ce mode automatique à nos proches, nous perdons l’occasion d’être véritablement entendu.e.s.
Bref. Pour pouvoir nous libérer du pilote automatique, il est essentiel de nous donner le temps de ressentir ce qui se passe en nous ici-maintenant avant de répondre à la question ou d’agir face à la situation.

Nourrir l’accueil inconditionnel de nos émotions

Développer notre conscience de nous-même est possible uniquement dans l’accueil complet, sans condition, sans jugement, de tout ce qui est en nous dans le moment présent. Si nous jugeons notre ressenti, nous n’avons pas accès à notre sensibilité. Nous restons dans notre rationnel, en comparant, analysant, jugeant et catégorisant, et nous nous faisons souffrir avec ces mécanismes du mental.

Diminuer l’impact du discours intérieur

Avez vous remarqué notre incroyable capacité à faire tourner en boucle dans nos têtes les histoires vécues? Nous sommes habitué.e.s à nous y référer comme si elles étaient une règle, une certitude, voire une loi. Par conséquent, pendant que nous sommes occupés à relater l’histoire, nous nous débranchons de la réalité présente devant nous. Donc, nous sommes déconnectés de ce qui se passe en nous ici-maintenant, puisque nous embarquons dans les histoires du mental. C’est important et nécessaire de faire cesser ou de donner moins d’importance au discours intérieur pour vivre l’expérience du moment présent. C’est dans le moment présent que se trouvent nos ressources pour y faire face.

Ressentir le corps

Le corps est plus qu’un véhicule terrestre. Il nous donne des indications précises, claires de ce émerge et prend vie dans notre réalité présente. En prenant le temps, l’attention de ressentir les émotions dans le corps, nous découvrons le langage plus global de notre expérience humaine.

Utiliser l’intelligence du corps

Des études scientifiques montrent l’existence de neurones au niveau du ventre et du coeur. Cela signifie que notre cerveau n’est pas le maître unique à bord. Même s’il génère des pensées structurées, intelligibles, ce n’est pas lui qui sait. Nous avons une richesse corporelle globale à explorer. Et cela se passe comme suit:
Ressentir comment le corps réagit face à l’évènement présent,
Observer les pensées, leur qualité et leur contenu, sans laisser le discours intérieur partir vers le passé ou le futur,
Prendre une décision libre à partir de tous les éléments,
Passer à l’action en restant à l’écoute des sensations corporelle.

Découvrir le langage du corps en lien avec les émotions

Généralement, nous avons la capacité de reconnaître les grandes émotions: peur, joie, tristesse, colère, dégoût, pour reprendre celles du film Inside-out. Alors, je vous propose de ressentir où elles émergent dans le corps. Où prennent-elles leur racine? Où s’installent-elles? Vers où migrent-elles? Pour vous donner des exemples: pour moi, la peur se passe dans le ventre, au niveau des intestins. D’ailleurs, l’expression « la peur au ventre » me rejoint bien. La joie inonde mon coeur avec une respiration large et vivifiante. La tristesse referme mon coeur et me serre la gorge. Et pour vous, comment cela se manifeste?

Que faire avec les messages reçus?

Une fois notre vécu émotionnel présent identifié, nous pouvons utiliser cette énergie pour agir. Oui: utiliser cette énergie, car elle est porteuse de satisfaction personnelle. C’est un mouvement qui vient de l’intérieur vers l’extérieur pour nous permettre de poser l’action juste au bon moment.
Prenons maintenant l’exemple de la colère. Nous ressentons cette force bouillonnante dans le corps. Elle peut altèrer notre capacité à penser. Si nous la laissons nous envahir, elle est en mesure de nous mener à l’agressivité et la violence. Mais si nous la canalisons avec discernement, elle nous permet de poser nos limites pour nous respecter et être respecté.e. des autres. C’est une énergie propulsante. Savoir la canaliser est primordial pour pouvoir se dépasser et s’ancrer dans le respect de soi.
Selon les enseignements de Colette Portelance: derrière chaque émotion se cache un besoin. Une fois que le besoin est clarifié, nous pouvons passer à l’action pour le satisfaire.

Pour terminer, j’ai envie de vous dire au combien il est nécessaire de s’outiller pour pouvoir accueillir et canaliser ces énergies, qui peuvent être intenses parfois. Nous avons la responsabilité de gérer l’impact de nos émotions sur les autres en canalisant nos émotions avec respect pour nous-même, pour les valeurs que nous souhaitons incarner dans nos vies, et pour les autres.

Et vous, comment vous préparez-vous à accueillir vos émotions?

Pour aller plus loin, voici quelques références

Michelle Larrivey (2002). La puissance des émotions, comment distinguer les vraies des fausses. Les éditions de l’homme. Montréal, Québec.
Le guide des émotions de Michelle Larivez
Colette Portelance (201 ). La communication authentique. Édition du CRAM. Montréal, Québec, Canada.
Les émotions et les besoin en Bande dessinée par Art-Mella
Les 4 directions des émotions en bande dessinée par Art-Mella