La manipulation, en accord avec Docteure Colette Portelance, est un mécanisme de défense que nous utilisons pour éviter de souffrir. Et Selon Isabelle Nazare-Aga, Psychologue, bien que la manipulation ait un impact négatif sur la relation, elle n’est pas totalement destructrice dans sa forme banale. Par contre, fréquenter régulièrement une personne qui utilise la manipulation comme mode de communication et de rapport au monde est extrêmement toxique. Et lorsque le manipulateur fait parti de notre entourage, il est d’autant plus difficile de s’en protéger. Voici 5 étapes pour vous aider à faire face à un manipulateur toxique.

1. Reconnaître le manipulateur

La première étape nécessaire pour se protéger de la toxicité d’un manipulateur est de prendre conscience que son comportement est manipulateur toxique ou manipulateur pervers. En accord avec Isabelle Nazare-Aga (2004), une personne qui présente au moins 14 caractéristiques du manipulateur représente une toxicité avérée. Consultez la liste.
D’après mon expérience, de nombreuse années peuvent passer avant de prendre conscience et d’accepter que nous sommes face à un manipulateur toxique. Un baromètre important est le sentiment de malaise que produit en nous les interactions avec cette personne, même dans des situations simples du quotidien. Le jugement, la comparaison, la dévalorisation et la culpabilisation, entre autres, sont des moyens habituels utilisés par les manipulateurs pour communiquer. Il est donc primordial d’être attentif à l’impact profond que ces façons de communiquer ont sur nous. D’après Jean-Jacques Crèvecoeur (2000), auteur en développement personnel, le sentiment de malaise face à la manipulation s’installe généralement au niveau du ventre.

2. Faire le deuil de la relation telle que nous l’aimerions

La deuxième étape consiste à faire le deuil de la relation telle que nous souhaiterions la vivre avec le manipulateur. Cela signifie d’accepter que nous ne pouvons pas continuer d’être en relation avec cette personne en nourrissant nos propres valeurs et en satisfaisant pleinement nos besoins d’amour, de reconnaissance, de liberté et de valorisation.
Par exemple, les valeurs que je souhaite incarner en relation avec autrui sont l’honnêteté, la solidarité et la bienveillance. Face à une personne manipulatrice, mes valeurs risquent d’être utilisées par elle pour juger et dénigrer mes pensées; abuser de ma gentillesse et de ma serviabilité; exiger de moi que je dépasse mes limites personnelles pour satisfaire ses propres désirs. Et comme les manipulateurs pervers sont souvent intelligents, ils voient très précisément comment utiliser nos qualités pour servir leurs intérêts.
Il est donc important que nous choisissions des moyens pour nous protéger. En voici quelques uns:

3. S’affirmer face au manipulateur

Cette étape est un processus, un cheminement d’accueil et de compréhension de soi-même, pour pouvoir développer notre habileté à nous affirmer en relation. D’après de nombreuses recherches sérieuses, l’affirmation de Soi est reliée à l’Amour, la Confiance et l’Estime de Soi.
Afin de nourrir notre Amour de Soi, il est primordial de prendre conscience de la façon dont nous nous traitons nous-même et de rechercher notre épanouissement personnel en priorité. Dans ce contexte précis, notre cheminement nous invite à découvrir l’impact du sentiment de culpabilité sur nos actions, nos émotions, nos pensées, nos dires.
La culpabilité est un état nécessaire pour vivre en société. En général, cet état freine nos élans égocentriques et destructeurs. Intégrée dans notre subconscient, la culpabilité joue un rôle décisif dans nos interactions avec les autres. D’ailleurs, les psychopathes et les tueurs en série en sont démunis.
Par contre, la culpabilité sans objet, qui se caractérise par un sentiment diffus d’être coupable sans raison précise, devient toxique et destructrice pour l’individu. Cet état le rend vulnérable à la manipulation. Si nous ressentons cet état de culpabilité sans objet, il est capital d’en prendre conscience et d’effectuer un travail personnel pour défaire les éléments psychiques qui renforcent et soutiennent ce sentiment. Pour cela, l’aide d’un bon thérapeute s’avère très précieuse.

4. Définir nos limites

Cette quatrième étape est de définir clairement pour soi-même les limites de la relation que nous voulons entretenir avec le manipulateur toxique. Plus ces limites sont précises, plus il sera facile de les établir et de les maintenir. Par exemple, si la personne manipulatrice fait parti de votre entourage proche, il est précieux de déterminer combien de fois par semaine, par mois, et par année vous désirez lui accorder votre temps. Et même de préciser combien de minutes, d’heures vous accordez à la rencontre ou à la discussion téléphonique.
Il est également essentiel de déterminer les limites de ce qui est acceptable pour vous. Quels sont les sujets que vous refusez d’aborder? Par exemple, si la personne manipulatrice cherche à générer un conflit entre votre conjoint/conjointe et vous, refusez catégoriquement qu’elle vous parle de votre conjoint/conjointe en son absence.
Définir nos limites est une condition sine qua non pour instaurer le respect de soi. Nous avons en général appris à agir par obligation et sous le sceau de la culpabilité (ce qui est poli et ce qui ne l’est pas…). Pour nous protéger du manipulateur toxique, nous avons à remettre en question certains paradigmes et à accepter le mécontentement de l’autre face aux limites que nous imposons. Cette acceptation exempte de culpabilité représente un défi. C’est là que notre capacité de nous affirmer devient une pierre angulaire à notre libération.

5. Utiliser des techniques pour contrer la manipulation

Enfin, la dernière étape est de développer des techniques de contre manipulation relationnelle. Rester flou, ne pas donner trop de détails sur notre vie, nos ressentis; cesser de nous justifier; accueillir intérieurement les sentiments de culpabilité et de malaise qui émanent des rencontres avec le manipulateur; prendre soin de soi en s’affirmant sans colère; poser des limites claires en utilisant la technique du disque rayé, c’est-à-dire les répéter mot à mot sans les justifier; être en état d’écoute de soi en permanence et rester vigilant à établir le respect de soi en priorité.
Pour ma part, mon travail en yoga et thérapie m’aide à ressentir précisément dans le corps où se situe la culpabilité. Lorsque celle-ci apparaît, je l’accueille comme un signale d’alerte. Je deviens alors encore plus attentive à protéger mon espace personnel et à utiliser les techniques de contre-manipulation, voire à interrompre la relation pour rester en bonne santé. Accueillir la culpabilité permet d’éviter qu’elle devienne le moteur de mes actions.

Carl Gustav Jung a dit: « Ce à quoi tu résistes, persiste. » Résister aux sentiments désagréables ne les fait pas disparaître, au contraire. Si dans une relation avec un proche vous vous sentez régulièrement dévalorisé, incompris, coupable et confus, prenez le temps d’écouter ces malaises et passer à l’action.

Si vous souhaitez aller plus loin et vous libérer de la manipulation, participez à un week-end de formation : Manipulation et des jeux de pouvoir relationnels, comment s’en libérer? Contactez nous pour les renseignements.

Bibliographie:
Colette Portelance (2015). De quel système relationnel êtes-vous prisonnier? Éditions du CRAM.
Colette Portelance (1998). Relation d’Aide et Amour de Soi. Éditions du CRAM.
Isabelle Nazarre-Aga (2004). Les manipulateurs sont parmis nous. Éditions de l’Homme.
Jean-Jacques Crèvecoeur (2000). Relations et jeux de pouvoir. Éditions Jouvence