Connaissez-vous cette vidéo de la série TED, dans laquelle Brené Brown nous parle de la vulnérabilité? Docteure en Sociologie, elle nous partage sa recherche sur la vulnérabilité avec un humour et une profondeur vraiment délicieux.

 

Vidéo sur la vulnérabilité par Brene Brown, PhD sociologie

Ce qui me frappe notamment dans cette vidéo est l’importance d’être en relation les uns avec les autres; d’éprouver un sentiment d’appartenance; et le fait que notre capacité d’être en relation est directement reliée à notre capacité d’accueillir notre vulnérabilité. Je suis particulièrement touchée quand elle parle de ces êtres dont le coeur est entier. Ces êtres épanouis qui acceptent de partager leurs émotions, et qui accueillent leur vulnérabilité sans juger qu’elle soit bonne ou mauvaise. Juste en admettant qu’elle fait parti d’eux.

Le pouvoir de la vulnérabilité

Je conseille régulièrement aux personnes que j’accompagne en thérapie de regarder cette vidéo, plusieurs fois. Brené Brown y apporte une lumière tout à fait essentielle sur l’impact de la vulnérabilité dans la satisfaction et l’expression du potentiel humain. Lorsque nous comprenons qu’être vulnérable nous permet d’être rejoint par les autres, cela prend un tout autre sens.
J’entends beaucoup de jugement de la part de mes clients sur leur propre vulnérabilité. C’est comme si nous ne devions ni ressentir d’émotions désagréables, de besoin d’amour, de peurs… Et pourtant, notre besoin d’amour, l’insatisfaction qui crée la peine, la tristesse, la colère entre autre, et les innombrables peurs que nous ressentons sont des éléments qui constituent notre humanité.
En rendant à la vulnérabilité toute sa puissance de créativité, Brené Brown nous invite à une acceptation profonde de nous-même, et un accueil inconditionnel de notre monde intérieur. Il me semble que ce sont là des éléments fondateurs pour la libre expression de soi. Laquelle mène vers l’éclosion de notre potentiel créateur et vers la satisfaction de nos aspirations profondes.

Accueillir la vulnérabilité

Se sentir vulnérable est jugé dangereux dans notre société de performance. Et c’est vrai que si nous attendons des autres qu’ils prennent en charge notre vulnérabilité, nous devenons dépendants d’autrui et nous laissons notre pouvoir à l’extérieur de nous. Accueillir notre vulnérabilité ne signifie pas attendre que les réponses viennent de l’extérieur. Au contraire, en prenant la responsabilité de ce que nous ressentons, en accueillant nos émotions, nous devenons libres de nos réactions.
Par exemple, beaucoup des personnes qui me consultent ont des difficultés à accepter, à exprimer leur émotion de colère notamment. C’est d’après mon expérience de thérapeute l’émotion la moins bien comprise. Pourtant, si nous canalisons cette émotion de colère, nous avons accès à un potentiel d’affirmation de soi et de respect de nos propres limites. Je ne prône pas l’explosion émotive, mais l’acceptation, l’écoute et l’expression responsable de ces lames de fond qui nous parlent de nous-même.
L’émotion est un mouvement de l’intérieur vers l’extérieur. C’est une énergie d’expression. Si elle est réprimée, refoulée, elle se retourne contre nous. En effet, les émotions nous parlent de notre vécu passé, de nos besoins présents, de nos limites réelles, de nos peurs et blessures profondes… Elles nous permettent de mieux nous comprendre si nous sommes à l’écoute. Elles nous aident également à poser les actions, prendre les moyens adaptés et efficaces pour nous occuper de nos besoins réels.
Accueillir notre vulnérabilité sans nous mettre en danger passe par écouter nos émotions.

Canaliser l’émotion

Dans le milieu du développement personnel, j’entends beaucoup le concept de Gérer les émotions. Si l’on considère l’émotion comme une énergie qui circule de l’intérieur vers l’extérieur, il semble plus pertinent de Canaliser l’émotion.

Ce matin, je n’ai pas aimé la façon dont mon conjoint et moi avons interagi. Après avoir déposé notre fils à la garderie, mes pensées étaient toutes dirigées vers ce qui a déclenché mon inconfort et ma frustration dans la relation avec mon conjoint. Mon esprit était complètement absorbé à discourir à l’intérieur de moi, contre lui. Lorsque j’ai pris conscience de ce qui était en train de se passer, je me suis arrêtée. J’ai pris le temps de ressentir profondément, dans mon coeur, dans mon corps, ce qui se passait réellement. Alors, j’ai vu: la peine, la tristesse, la colère et le sentiment d’impuissance. Je les ai écoutés, reconnus, accueillis. Puis j’ai vu ensuite que mon réel besoin avec mon conjoint était de me sentir proche de lui et que mes conditionnements m’en éloignaient.
Lorsque l’émotion surgit, nous avons appris à nous défendre d’elle, pour ne pas souffrir. La rationalisation, le jugement, la culpabilisation, l’explication, la justification font parti de nos mécanismes de défense. Si nous restons pris dans nos défensives, nous n’avons pas accès à notre véritable besoin et donc, nous restons prisonnier dans une action erronée.
Canaliser notre émotion passe par un travail de dépouillement de nos mécanismes de défense pour aller vers une véritable rencontre de nos besoins. À partir du moment où nous sommes conscient de ceux-ci, nous pouvons alors nous occuper de les satisfaire. C’est là que nous récupérons notre puissance, notre liberté, notre capacité d’action en lien avec la vulnérabilité.

 

Il existe de nombreux moyens pour nous permettre d’élucider, d’enlever nos voiles, de nous dépouiller de nos conditionnements. Parmi ces moyens le Yoga, et la thérapie par la relation d’Aide et par la créativité artistique sont ceux que j’utilise pour moi-même et pour accompagner les individus qui le désirent. Comme Brené Brown nous le partage, elle même a été en thérapie pour pouvoir accepter sa vulnérabilité et réorienter son travail. Ceci l’a menée vers son épanouissement personnel et son rayonnement professionnel. Depuis, elle a écrit de nombreux ouvrages, participé à plusieurs émissions et manifestations, pour témoigner de son parcours et des résultats de ses recherches. Qu’attendons nous pour prendre soin de notre vulnérabilité?